Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

SHELL aurait récupéré un OVNI vieux de 600 ans dans les années 70…

 
Les faits remonteraient aux années 70 et ont été traduit de «UFO Official d’août 1978 par l’organisme du GREPI»

La plate-forme de la Shell « Pacesetter 2 », était installée sur le plateau continental, à 140 km de la côte du New Jersey, dans le « Georges Bank ».


Lors du premier essai de forage, ils cognent sur quelque chose en métal. Pensant que c’est un bateau coulé ou un sous-marin de la 2ème Guerre Mondiale, ils consultent le War Departement et l’Allemagne de l’Ouest, mais aucune perte n’avait été enregistrée dans cette zone.

Les sondages au sonar détectent un objet d’à peu près 15 m de diamètre, par 200 m de fond.

9520_1220116673902_1558478240_546029_2391657_n.jpg
7222_1220116113888_1558478240_546028_38947_n.jpg
Le 8 Juin, Quatre treuils sont descendus, et l’objet est remonté à la surface. Il est couvert de coquillages et de crustacés cirripèdes. Une fois l’objet dégagé de ses parasites, une forme de « soucoupe volante » apparaît. Le responsable de la plate-forme appelle immédiatement ses supérieurs par radio à Atlantic City.

Trois officiels de la Shell arrivent en hélicoptère, accompagnés par un physicien du Massachusetts Institute of Technology. Les inspections préliminaires révèlent que l’engin a été immergé pendant environ 600 ans et contient un équipement qui « n’est pas de ce monde », et qu’on ne peut l’identifier.

Ils découvrirent une sphère argentée de la taille d'un ballon de basket. Quand on le tenait à bout de bras, cet objet ne tombait pas. (Cette sphère avait été trouvée au centre exact de l'engin).

Un autre hélicoptère arrive avec 5 agents de la CIA, qui produisent une autorisation de la Maison-Blanche, et les informent qu’un bateau est en route pour récupérer l’appareil.

7222_1220119273967_1558478240_546034_4216211_n.jpg
7222_1220120353994_1558478240_546036_3671360_n.jpg
7222_1220120634001_1558478240_546037_2727685_n.jpg
La CIA essaie d’arrêter les physiciens dans leur opération de démontage de l’objet, mais un officiel de la Shell leur dit que tout ce qui se trouve sur la plate-forme est et reste propriété de Shell Oil Co, et qu’ils ne leur laisseront pas l’objet avant l’arrivée du bateau.

En poursuivant leur exploration, les physiciens découvrirent un objet cylindrique avec un bouton rouge à l'extrémité. Quand on pressa dessus, un mince rayon blanc en sortit, qui s'épuisait à une distance d'un mile environ.

Un assortiment de gadgets fut mis à jour, comprenant une tige qui produisait un arc électrique ressemblant à un éclair, qui causa un trou dans les nuages au-dessus d’eux, et une substance ayant l’apparence du mastic, qui fit une énorme explosion quand un petit morceau en fut jeté à l’eau.

7222_1220118673952_1558478240_546033_2071036_n.jpg

Le bateau de la CIA arriva peu après, et les agents commencèrent à emballer les étranges gadgets dans des sacs molletonnés. Ceux ci avec la soucoupe et les morceaux, furent transférés sur le bateau.

7222_1220121674027_1558478240_546041_4690650_n.jpg

7222 1220121354019 1558478240 546040 7854242 n
L'homme qui rapporta ces faits retourna à Atlantic city avec les officiels de la Shell. Tous les hommes sur la plateforme durent jurer de garder le secret, et de ne rien divulger de ce qui était arrivé.

Aucune communication ne fut jamais publiée au sujet de cet objet.

 

==============================================================================

 

La soucoupe de Tallin


Le cas suivant a émergé dans les années '80 en Estonie - alors que ce pays connaissait encore le régime soviétique, dont il s'est libéré depuis. L'affaire se passe donc sur un kholkoze des environs de Tallin, la capitale.


Des travailleurs de ce kholkoze sont occupés à creuser un puits, non loin d'un corps de bâtiments, pour une nouvelle amenée d'eau. En fait, ce sont un certain nombre de surprises et de tracas qui vont sortir de ce forage... En effet, les ouvriers vont tomber sur rien moins qu'une soucoupe complètement enterrée; ceux qui auront paticipé au forage mourront rapidement de façon inexpliquée, tandis que d'autres qui auront transporté jusqu'à Moscou de l'eau pompée sur le site pour analyse souffriront de paralysie. Mais voyons plus en détails comment s'est déroulée cette affaire. (1)


Paul Stonehill rapporte qu'en 1984, l'académicien soviétique Nikolaï Nikolayevitch Sotchevanov (2), spécialiste en géologie et minéralogie, reçut la visite d'un de ses amis, un Estonien, qui lui apportait un morceau de métal dense et argenté, en lui racontant l'histoire suivante:


"Dans une ferme collective proche de Tallin, un puits était creusé quand à une profondeur d'environ 3 mètres, les ouvriers heurtèrent quelque chose de métallique, très dur; en continuant de creuser, ils dégagèrent le bord d'un disque métallique qui émergeait de la paroi du puits. L'épaisseur du métal, à cet endroit, n'était que de 2 cm, pourtant le foret ne parvenait pas à pénétrer le métal.


"Un compresseur fut apporté sur place, et en utilisant une foreuse pneumatique, les ouvriers purent arracher un morceau du disque métallique; la pièce fut envoyée à Tallin, successivement dans deux institutions qui l'analysèrent - mais parvinrent à des résultats opposés! L'un des instituts prétendait qu'il s'agissait d'un alliage compliqué, tandis que selon l'autre, ce n'était que de la fonte!


Les Estoniens requirent l'aide de Sotchevanov pour procéder à une analyse dans les laboratoires de pointe de Moscou, et pour ce faire on découpa la pièce en morceaux plus petits, avec de scies munies de diamants (dont deux furent endommagées durant l'opération). D'après le V.I.A.M. (Vsyesoyuznhiy Institut Aviatsionikh Materialov, ou Institut Unifié des Matériaux pour l'Aviation), il fut établi, lors des tests, que l'échantillon de métal mystérieux avait une microsolidité variant entre 330 et 1500 kg/mm. Le métal était d'une apparence dense et dure, d'une couleur argentée. Son poids spécifique (densité) était de 6.3 à 6.6. Les différents laboratoires qui étudièrent les fragments furent l'Institut moscovite pour l'Ingénierie physique, l'Institut Unifié pour les Matériaux minéraux bruts, le V.I.A.M. déjà mentionné, ainsi que d'autres laboratoires.


D'après Sotchevanov, les scientifiques soviétiques de pointe "n'avaient aucun doute sur l'origine extraterrestre de l'objet". On compte au nombre de ces scientifiques le Professeur Mitine, qui est le plus grand expert russe en poudres métalliques, ainsi que l'académicien soviétique Kishkine, qui déclara, consécutivement aux tests du V.I.A.M.: "L'usage de tels alliages est inconnu dans la technologie aéronautique. Un alliage de ce genre doit être extrêmement résistant à la chaleur, et posséder la résistance nécessaire pour supporter l'immersion dans des mélanges acides de quelque concentration que ce soit!" Kishkine assura aussi à Sotchevanov que les laboratoires les plus avancés d'Union Soviétique, pas plus que ceux des U.S.A., du Japon ou d'Allemagne, n'étaient capables de produire un tel alliage, et qu'il avait été soumis dans les laboratoires de Moscou aux tests les plus poussés, amenant les scientifiques qui les avaient faits à s'accorder sur un point: le métal n'était pas d'origine terrestre, et ne provenait pas non plus d'une météorite.


Suite à ces découvertes, Sotchevanov se rendit immédiatement en Estonie pour y faire usage de ses dons de... sourcier! Il parvint par ce moyen aux conclusions suivantes sur l'objet enterré près de Tallin:


- Il y a effectivement un objet enseveli dans le sol à cet endroit, qui génère avec puissance une zone anormale;
- Le diamètre de l'objet atteindrait approximativement 15 mètres, et pèserait près de 200 tonnes;
- Sa forme serait discoïdale, amincie vers les bords; la partie centrale aurait une épaisseur d'à peu près 4 mètres, et l'objet reposerait dans une position grosso modo horizontale, avec une inclinaison de 35°;
- Un tiers du corps de l'objet est situé très près d'une maison: c'est de ce côté que l'objet affleure le plus la surface du sol, à une profondeur de 3 à 4 mètres - le côté le plus enfoncé dans la terre descendant jusqu'à une quinzaine de mètres.


Sotchevanov envoya un rapport complet aux autorités militaires et à la Commission Industrielle du Conseil des Ministres de l'URSS. Leur réaction fut immédiate: toute publication de quelque information sur cette affaire fut interdite, et un rapport plus approfondi fut commandé. Ce deuxième rapport fut adressé à l'Académie des Sciences de l'URSS. De là, il fut transmis à l'Institut de Géologie d'Estonie, qui ordonna l'exhumation de l'objet (mais on ne sait pas par qui) - cependant il semble qu'aucun fonds n'ait été disponible pour réaliser l'opération. Après une année, rien n'avait été fait. Une société du nom de VOLNA entreprit enfin l'excavation, mais commit toutes sortes de grossières erreurs dans le processus, et finalement rien ne fut sorti du sol! C'est ainsi que l'objet repose toujours dans le sous-sol estonien.

A moins que... les Russes se soient donné par la suite les moyens de procéder à une excavation dans des conditions de secret absolu - ce qui semble difficile vu le lieu et la grandeur et le poids de l'objet.


(1) Sources: Paul Stonehill, Russian Ufology Research Center, 5700 Etiwanda Street, Tarzana, California 91356
Flying Saucer Review
, Volume 43/2, été 1998

(2) Nikolaï Sotchevanov est membre de l'Académie russe de la Science et de la Culture, et Président de la Commission Interdépartementale Russe sur les Questions relatives à la Sourcellerie (et non pas sorcellerie!)

 

==============================================================================

 

Un correspondant du CAUS (Citizens Against UFO Secrecy) rapporta le 23 décembre 1999 les faits suivants:


Je reçus il y a à peu près trois ans un téléphone d'un prospecteur local de San Diego (Californie), qui "prospectait" dans un endroit appelé Laguna Salada, et qui est le lit d'un lac desséché situé entre les villes de Tecate, Ensenada et Tijuana, au Mexique. Le prospecteur utilisait un détecteur de métaux dans un coin qu'il pensait être le plus profond de l'ancien lac, quand les aiguilles lui indiquèrent qu'il se trouvait en présence d'un gros objet métallique sous le sol - mais les mesures restaient identiques alors qu'il avançait! Il entreprit de trianguler l'endroit et il revint sur place le lendemain.


L'homme m'informa que cet après-midi-là, le plan qu'il put établir à l'aide de ses instruments indiquait un objet circulaire, d'une douzaine de mètres (35 pieds) de diamètre. Il tenta d'enfoncer une barre à mine en son centre, et quand la barre atteignit une profondeur d'un mètre vingt (4 pieds), il entendit un son métallique. Il allait se mettre à creuser quand il remarqua qu'il était observé par des soldats mexicains qui se tenaient sur une colline proche. Il s'assit alors immédiatement, fit mine de se reposer simplement quelques instants, puis se leva pour s'en aller. Les soldats l'approchèrent alors et lui demandèrent ce qu'il faisait là. Il leur répondit qu'il cherchait de vieilles pièces de monnaie, mais qu'il n'en avait pas trouvé.


Les soldats le firent déguerpir, ignorant apparemment ce qu'il avait réellement trouvé. Mais ils restèrent sur place et ne cessèrent de fréquenter cet endroit depuis lors, aussi notre informant pense qu'il serait très difficile d'entreprendre des fouilles. J'ai entendu dire que l'armée mexicaine est impitoyable avec les étrangers qui viennent se balader avec des engins de détection électroniques, et il vaudrait mieux, par conséquent, attendre quelques années pour organiser une sorte d'expédition de "camping", avec plusieurs véhicules aménagés.


Un dernier mot: les indications du détecteur montrent un objet en forme de soucoupe sous le sol desséché... avec un dôme au centre.


Sources: http://caus.org/ - Rapport du 24 décembre 1999: "Domed Saucer-Shaped Object Buried in Mexico"

Partager cette page

Repost 0