Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Cette page concerne des personnes qui ont travaillés de près comme de loin sur les engins à antigravité (OVNI's) et les entités biologiques extraterrestres (EBE), elles y font des révélations surprenantes.

Révélations du Dr Michael Wolf
 

Les premiers constats américains de l'écrasement d'un engin ET remontent à 1941. L'engin s'est écrasé dans l'océan Pacifique près de San Diego et il fut récupéré par la Marine américaine. À l'intérieur gisaient les corps de Zétas réticuliens, alias les Gris. Les dépouilles et le vaisseau furent transportés à la Section de la technologie étrangère de la base aérienne Wright-Patterson, à Dayton, Ohio, et étudiées par le groupe de recherche Retfours (Retfours Special Studies Group).


Suite au démantèlement de l'appareil, des composantes furent expédiées aux installations S4 et Indian Springs au Nevada. L'engin s'était écrasé sous l'influence du nouveau radar à impulsions que l'on venait d'inventer. Au moment du drame, la Marine procédait à des essais sur l'île Tinian, située à 5 kilomètres au sud/sud-ouest de Saipan. La Marine américaine occupe depuis une position dirigeante en matière d'ovnis.

L'écrasement à Roswell en juillet 1947 est un fait et le récit dont fait état le Colonel Corso dans son livre The Day After Roswell est véridique. Le Dr Wolf avait en sa possession la liste officielle du gouvernement satellite américain de tous les écrasements/récupérations d'ovnis répertoriés, y compris d'autres incidents survenus entre 1941 et 1947, mais il n'était pas disposé à en livrer les détails.

Deux engins se sont écrasés à Roswell suite à une collision aérienne survenue au cours d'un orage électrique. L'un des engins contenait des "Gris", l'autre des "Oranges"; les deux espèces furent ainsi nommées en raison de la couleur de leur peau. Les extraterrestres de type "Orange" proviennent du système stellaire Andromède. Le documentaire de Santilli montrant une autopsie est authentique(4). Il s'agit d'une autopsie pratiquée sur le corps d'un ET orange. Le Dr Wolf en a vu d'autres. La confusion résulte d'une seconde autopsie exercée à l'époque sur un extraterrestre de type différent.

L'autopsie pratiquée sur la dépouille du ET orange a produit les constats suivants : une grosse tête; de grands yeux foncés dépourvus d'iris ou de blancs; six doigts, six orteils; un cerveau composé de quatre lobes, et plus développé mais non connecté au corpus callosum; des nerfs optiques et orbiculaires de type différent; un système digestif spongieux. Le docteur Wolf affirme avoir rencontré un Orange de son vivant.

Il existe différents types de "Gris". Il a en côtoyé de très évolués qui contrairement à l'opinion courante, possédaient des personalités et même un sens d'humour. Le Dr Wolf n'a jamais rencontré de Gris qu'il n'aimait pas. À son avis, ils faisaient tous partie d'une grande famille et aimaient câliner les humains. Mais cette marque d'affection ne faisait pas l'unanimité chez ses pairs. L'un de ses collègues les appellait des baise-joux (kissey facey). Leurs corps sont doux au touché, telle la peau d'un dauphin. Il communiquait avec eux par télépathie et s'était tout particulièrement lié d'amitié avec une entité nommée Kolta. La photo de ce Gris apparaît sur la couverture de son livre. Elle fut prise par un ami occupant les fonctions d'amiral dans la Marine.

Les Gris et les Oranges pratiquent un commerce d'échange très actif. Selon Michael Wolf, ce genre d'échange revêt un tout autre caractère aux yeux des extraterrestres. Ils partagent leur savoir, leurs technologies et leurs philosophies. Un programme d'échange permet à leurs populations de voyager d'une planète à une autre pour apprendre leurs cultures respectives.

Il a conversé avec des humanoïdes du système Altair (Sémites) et celui des Pléiades (Nordiques). Le docteur Wolf a expliqué que ces êtres étaient très évolués au niveau spirituel et qu'ils agissaient surtout comme conseillers galactiques. Une photo d'un ami pléiadien nommé Sa Ra agrémente la couverture verso de son livre.

Le premier jour de mai 1975, une "légère mésentente" est survenue entre quelques Gris et quelques humains aux installations S4. Au cours d'une démonstration d'un petit réacteur à antimatière, le dirigeant du groupe des Gris a demandé aux gardiens, en l'occurrence des bérets bleus, de retirer leurs fusils et leurs cartouches de la salle. C'était une mesure préventive pour empêcher aux armes de décharger accidentellement pendant les émissions d'énergies. Les gardiens ont refusé de coopérer, et dans l'incertitude du moment, un béret bleu ouvra le feu en tuant un Gris. Deux scientifiques et 41 militaires furent exterminés. Un gardien seulement fut gardé vivant pour témoigner du drame, alléguant que les Gris avaient agi par autodéfense en utilisant une forme d'énergie mentale dirigée.

Un certain nombre de scientifiques présentement au service du gouvernement satellite furent enlevés par des Gris dans leur enfance afin de développer leur facultés intellectuelles en préparation de leurs professions ultérieures. Ce sont des hybrides.

Sa première assignation fut aux côtés de Carl Sagan et autres scientifiques d'envergure. Ils avaient pour tâche d'étudier et de comprendre les complexités d'une énorme balise céleste surnommée Le Monolithe qui fut découverte flottant dans l'espace pour la première fois par le cosmonaute russe Yuri Gagarin et ensuite par l'Américain Alan Shephard en 1961. Le Monolithe fut récupéré et transporté sur Terre en 1972 pour fins d'enquête. Cette balise émet la lumière, des signaux sonores, ainsi qu'un langage mathématique. Selon le docteur, lorsqu'on fermait les yeux en syntonisant ces signaux, "On pouvait voir avec les yeux intérieurs un film en 3D de notre galaxie. Vous étiez présent, dans le film, comme si vous en faisiez partie. Les images que nous présente le télescope Hubble de nos jours sont les mêmes que j'ai pu visionner 25 ans passés." Le Dr Wolf affirme qu'il existe plusieurs autres monolithes dans l'espace et qu'ils sont l'oeuvre de groupes extraterrestres.

monolithe.bmp.jpg
Carl Sagan a toujours nié la réalité des ETs en raison de la "menace constante de ses supérieurs de supprimer le financement de sa faculté à l'université Cornell s'il proclamait le contraire."

Le Dr Wolf était impliqué dans différentes expériences génétiques dont le Projet Sentinel. Après avoir perfectionné leurs techniques de clonage sur des animaux, le Dr Wolf et ses associés ont créé avec succès un être humain doté d'une intelligence artificielle et l'ont nommé "J-Type Omega". Leurs supérieurs convoitaient un soldat omnipuissant et supergénial qui saurait obéir aux ordres, sans crainte et sans hésitation. Mais le Dr Wolf a subrepticement doté son intelligence de notions d'éthique après s'être rendu compte que "J-Type" possédait une âme. Lorsqu'il refusa d'obtempérir à un commandement de tuer un pauvre chien inoffensif, ses supérieurs ont donné l'ordre de l'exterminer. Mais le Dr Wolf lui accorda sa liberté, et aujourd'hui cette "intelligence" vit quelque part en Amérique.

MJ12 existe bel et bien et compte maintenant 36 membres. Il fut réticent à divulger des noms, mais il a tout de même confirmé que l'ancien Secrétaire-d'État américain Henry Kissinger et Edward Teller, le père de la bombe à hydrogène, étaient tous les deux des membres en poste. Le groupe MJ12 se rencontre régulièrement à différents endroits, y compris le Batelle Memorial Institute à Columbus, Ohio.

MJ12.jpg
Le Projet Sentinel a nécessité une étroite collaboration avec les Gris. Les connaissances approfondies des ETs dans le domaine de la génétique étaient indispensables aux succès escomptés. "J-Type Omega" fut élevé dans une cuve d'eau à partir d'un embryon. Des composantes ADN provenaient en partie du Dr Wolf. L'entité aura été éveillée environ 12 mois plus tard, et une fois sortie de la cuve, elle avait l'apparence d'un jeune homme de 20 ans. Selon le Dr Wolf, lorsque J-Type s'éveilla: "Il agissait comme un chiot; son esprit était complètement vide. Il posait des tas de questions, voulant tout savoir." Le docteur lui fit visionner des bandes de films décrivant nos vieilles guerres terrestres. "Il se mit à pleurer en voyant ces images d'horreur", dit-il, "en second regard, je lui en ai trop montré." J-Type a appris plusieurs langues et pouvait utiliser son cerveau à 50 pour cent, contrairement à 10 pour cent pour les humains. "Lorsque nous avons testé ses facultés mentales, son QI a fusé comme une torpille. Leur relation était semblable à celle d'un père envers son fils.

La récolte de tissus d'animaux, les célèbres mutilations bovines, est nécessaire à la production d'organelles, ces composantes spécialisées d'une cellule dont l'apparence et les fonctions ressemblent aux organes du corps humain. Les organelles peuvent être introduits dans le corps pour filtrer les polluants en provenance de l'air, de l'eau, des aliments, etc. L'expérimentation se poursuit toujours au niveau des hybrides mi-humains/mi-zétains, ou les "entre-deux" comme les appelait le Dr Wolf. Les organelles peuvent être utiles, également, à modifier les hormones corporelles, ainsi qu'à rendre les précurseurs cérébraux non toxiques. "Ces cellules sont minuscules et leur insertion ne constitue pas une procédure envahissante. La génétique bovine est comparable à celle des humains."

Lorsque ses supérieurs ont donné l'ordre de terminer l'existence de J-Type Omega, le Dr Wolf et un ami l'ont fait sortir clandestinement du site Area 51. "Pour moi, c'était comme un péché que de créer un être nanti d'une âme et d'émotions pour ensuite l'envoyer à la guerre. "J-Type est sain et sauf. Plusieurs organelles furent insérés dans son corps pour le protéger de toute maladie. Il est conscient de son identité et des mécanismes qui ont mené à sa conception. Il est presque identique à un humain et passerait facilement un examen médical." Les Zétas étaient enchantés des résultats. " <J> m'a fait part qu'il désirait enseigner. Je lui ai dit de ne jamais tenté de me contacter. Que c'était trop risqué."

Il a briefé quatre présidents américains sur la question des ETs. Jimmy Carter avait hâte de mettre fin au cover-up, mais lorsqu'il fut avisé des implications religieuses d'un tel dévoilement, il s'est désisté. "J'étais présent à ce meeting. Carter entretenait de fortes croyances chrétiennes. Lorsqu'on lui révéla que les religions étaient une création de l'homme et possiblement un phénomène unique dans l'univers, il s'effondra en larmes."

Ronald Reagan et George Bush (père) sont bien instruits sur la réalité ET, surtout Bush qui autrefois dirigeait la CIA. Bill Clinton était plus dans l'ombre. Il a connaissance du site Area 51 mais ignore tout de S4. Il possède les laissez-passer Above Top Secret et Need to Know, mais il ne détient pas celui de Umbra Ultra Top Secret Clearance donnant accès aux niveaux supérieurs du groupe MJ12, ni celui de Keystone Clearance touchant la recherche et les renseignements en matière d'extraterrestres.

Plusieurs membres des groupes britanniques M15, M16 et SAS (Special Air Services) sont avisés de la situation. Bien que réticent à divulguer l'identité des hautes instances du 10 Downing Street qu'il a briefées, il a fait savoir qu'il s'était lié d'amitié avec Sir Malcolm Rifkind, l'ancien Ministre de la Défense dans le cabinet conservateur. " Rifkind est bien instruit en matière d'ovnis, tout particulièrement les triangles volants. Il estime que le cover-up est tout indiqué parce que le public n'est pas encore prêt à connaître la vérité."

La Reine est quelque peu au courant, de même que Margaret Thatcher.

Officieusement, nous avons mis les pieds sur la lune avant 1969, mais il n'a pas divulgué de date précise. "Nos astronautes furent observés par les ETs lorsqu'ils étaient sur la lune. Ils ont entretenu des conversations avec eux et furent avertis de quitter la planète. C'est pour cette raison que la dernière mission Apollo fut annulée à la dernière minute. Les astronautes brûlent de dire la vérité mais n'osent pas commettre de trahison."

La NASA a joué un rôle intégral dans le cover-up. Cet organisme a été désigné comme l'un des porte-parole officiels d'un éventuel dévoilement mondial.

Richard Hoagland ne se trompe pas concernant les structures sur Mars. Il confirme que nous possédons des installations sur cette planète et sur la lune. La photographie du Visage sur Mars présentant une image qui diffère de la précédente a été retouchée par la NASA. "Ils estiment que l'humanité n'est pas prête à ce genre de révélation."

vismars.bmp.jpg
Dans une chambre sous Giseh et dans une autre située entre les pattes du Sphinx, on a découvert les squelettes d'êtres mesurant 2,10 m et affichant de gros yeux. Les mains et les pieds étaient liés d'argent. "Pour des raisons que nous ignorons, les premiers visiteurs extraterrestres ne pouvaient pas pénétrer l'argent."

sphinx-a-gizeh-t6989.jpg
Un Stargate fut découvert dans une pyramide à Giseh. Des chercheurs scientifiques croient qu'il s'agit d'une lentille pouvant fabriquer des trous de ver menant n'importe où dans l'univers. Le Stargate n'a pas encore été activé. "Il nous faudra connaître beaucoup mieux notre galaxie et d'autres encore avant que nous puissions nous en servir -savoir où aller et comment nous y préparer; savoir syntoniser et établir des coordonnées. Le problème, c'est que la signalisation routière n'existe pas dans l'espace." Le docteur Wolf avait le pressentiment qu'il s'agirait là d'un aboutissement, l'un des derniers apprentissages de notre race en fonction de notre association avec les ETs.

dalle.jpg
Il avait mis sur pied un programme d'expansion des facultés psychiques. Ce programme intitulé The Gateway Treatment, se voulait une expérience visant le développement du cerveau en stimulant les neurones pour favoriser la prolifération de milliards de synapses et ainsi permettre à un sujet d'augmenter le potentiel de son esprit, par exemple la communication télépathique avec les ETs.

Ce programme permit de concevoir une série d'expériences en conditionnement mental connu sous le nom de MK ULTRA. C'est ainsi que le docteur Wolf et ses associés ont appris aussi bien à extraire qu'à refouler la mémoire humaine, une technique de contraintes de l'esprit appelée Mind Capping. "Ces techniques ne sont pas aussi efficaces que les méthodes utilisées par les ETs." En outre, le programme mena vers la recherche en visualisations à distance (remote viewing) et autres phénomènes psychiques. "Au bout du compte, toutes ces expériences étaient peut-être une tentative de quelques particuliers à exercer un contrôle mental mondial-une idée qui fait peur."

Il existe un groupe de généraux impotents, xenophobes et paranoïaques qui sont chargés de la protection aérienne américaine et qui craignent et maudissent les ETs au point de leur faire la guerre. Ce groupe appelé la Cabale a recours aux armements dits Guerre des étoiles, y compris un faisceau de particules neutres pour abattre des vaisseaux spatiaux et emprisonner ses survivants pour en extraire des renseignements par la force. "La technologie qui nous a été offerte par les ETs est maintenant utilisée contre eux." Détestée par plusieurs membres du gouvernement satellite, la Cabale emploie également des méthodes agressives contre ceux et celles qui tentent de mettre fin au cover-up, et on soupçonne qu'elle intensifiera cette répression au fur et à mesure que se rapprochera le jour du grand dévoilement.

D'éminents chercheurs en ufologie, ainsi que les membres du gouvernement satellite qui prêtent leurs efforts à mettre fin au cover-up, auraient possiblement subi l'influence d'énergies psychotroniques par le biais de dispositifs utilisés par la Cabale. Des gens comme Steven Greer et son assistante Shari Adamiak (CSETI); le congressiste Steve Schiff; le colonel Steven Wilson des forces aériennes américaines (USAF) et ancien dirigeant du Projet Pounce (écrasement et récupération d'ovnis); le Dr Michael Wolf; son supérieur immédiat à la CIA; et plusieurs autres qui sont décédés récemment ou qui souffrent présentement d'une maladie reliée au cancer. Coïncidence?

Au cours de ses expériences en génétique, il a découvert que certains humains, y compris lui-même, portaient des marqueurs génétiques ET. " Un grand nombre de personnes actives dans le domaine de l'ufologie porteront probablement ces gènes. "

De nombreuses confédérations galactiques nous visitent en ce moment. Elles incluent : L'Alliance, composée d'humanoïdes des systèmes stellaires Pléiades et Altair Aquila; Le Corporatif, composé de différentes races Grises du système Zéta Réticuli; la Fédération des mondes, qui comprend un nombre indéterminé de différents groupements extraterrestres en provenance de l'univers; et les Races unies d'Orion, un groupe ET de ce système stellaire. Toutes ces confédérations sont interconnectées.

Dans une convention que les Nations-Unies et Le Corporatif ont ratifiée, il existe un règlement classé Above Top Secret qui stipule qu'il est interdit à tout membre du groupe Zéta de se montrer en public. Malheureusement pour lui, l'ami du docteur Wolf, Kolta, s'est aventuré dans une zone interdite et un soldat lui tira dessus. Il découvrit Kolta dans son apartement, blessé d'une balle. " Je l'ai dissimulé dans la garde-robe de ma chambre à coucher, quelques minutes à peine avant que des agents de la CIA ne se présentent à ma porte. J'ai joué l'innocent et il sont partis." Le Dr Wolf a ensuite téléphoné à un ami, en l'occurrence un médecin qui connaissait assez bien les ETs. " Nous avons réussi à lui sauver la vie. Les Zétas ne tolèrent pas le plomb, alors il serait mort d'un empoisonnement par le plomb plutôt que d'une suite à la blessure elle-même."

Les projets de dévoilement ont été reportés à trois reprises à des dates ultérieures, en partie à cause de l'impasse dans les négociations avec les Gris suite aux incidents du site S4 en 1975, et en partie à cause des implications énormes que représenteraient de telles révélations au niveau des religions et de l'économie mondiale. La récente admission de la vie sur Mars est un jalon important sur le sentier des révélations futures. Le Dr Wolf estime que des telles révélations auront lieu entre 2001 et 2005.

Le Vatican s'inquiète particulièrement de telles divulgations. Ils ont prié le gouvernement américain d'en retarder le processus afin qu'ils puissent mieux préparer leurs fidèles aux questions religieuses. Le Dr Wolf raconte que le Pape a modifié la vision de Dieu qu'entretient l'Église catholique romaine. "Leur nouvel apostolat sera de propager l'idée que nos corps n'ont pas été créés à l'image de Dieu, mais plutôt nos âmes."

Il avait conversé souventes fois avec les ETs au sujet de Dieu et de la mort. " Nos corps ne sont que les conteneurs de nos âmes. Lorsque les gens meurent, leur conscience se transpose tout simplement dans une autre dimension." À propos de Dieu, le Dr Wolf a commenté : " Certains extraterrestres appellent Dieu l'Éternel, le créateur de tout ce qui vit dans l'univers." À propos de Jésus-Christ : "Il faisait partie du patrimoine ET/humain, envoyé sur Terre dans l'espoir de mettre un terme à la violence humaine. Que nous soyons des Zétas, des Pléiadiens, des Altares ou des Humains, nous partageons le même Dieu. Nous sommes tous membres d'une grande famille universelle."

Le document de recherche rendu public par le Dr Strecker identifiant le SIDA-VIH comme un virus fabriqué par des humains est exact. Le gouvernement satellite a découvert que les virus ont une structure cristalline et peuvent être éradiqués en utilisant la bonne fréquence.

Les États-Unis avaient sous leur garde un Gris appelé EBE (Extraterrestrial Biological Entity), un "invité" capturé en 1948 et tenu prisonnier jusqu'à son décès en 1953. Des scientifiques affectés à EBE utilisaient au départ des pictographies comme système de communication.

Albert Einstein a rencontré et œuvré auprès des Gris.

Certains ETs mangent à l'occasion des fruits ou des légumes. Leur système digestif est de loin plus efficace que le nôtre dans l'assimilation et le traitement des aliments. Ils absorbent leurs énergies principalement de l'air. Les visites aux toilettes ne sont pas nécessaires!

La Terre est l'une d'un petit nombre de planètes seulement à ne pas gérer ses conditions météorologiques. C'est d'ailleurs l'une des raisons pourquoi les vaisseaux spatiaux des ETs s'écrasent au cours de perturbations climatiques, en particulier les engins ayant recours à la propulsion gravitationnelle. "Leurs vaisseaux ne diffèrent en rien de nos bateaux lors d'orages violents, dansant sur l'eau, aux caprices des vagues. Pour contrer ces difficultés, certains ETs entourent leurs engins d'une énergie plasmique ou volent en sautant d'une dimension à une autre."

Une planète est une entité vivante possédant son propre niveau de conscience. Les ETs communient avec leurs planètes afin de créer des rapports harmonieux. Selon le Dr Wolf, "Certaines planètes poussent des édifices en silicone pure à partir de l'amour inconditionnel envers ses habitants. J'ai pu voir et tenir cette silicone. J'ai pu également observer des Zétas communiquer avec la Terre."

Les ETs sont stupéfiés du mauvais traitement que nous infligeons à notre Terre. Ils n'arrivent pas à comprendre pourquoi nous voulons la détruire ni pourquoi les multinationales peuvent impunément la violer par avarice et avidité. "L'une des missions de l'équipe Alphacom est de déterminer si nous pouvons profiter de la technologie extraterrestre pour redonner à la Terre son parfait équilibre original."

Parmi les technologies acquises des ETs, mentionnons les LED, la supraconductivité, les puces informatiques (microprocesseurs), les fibres optiques, les lasers, la recombinaison génétique (gene splicing), le clonage, l'équipement de vision nocturne, la technologie antidétection Stealth, les dispositifs à émission directionnelle de particules, les composites aéronautiques à matrice céramique et les vols aéronautiques à contrôle de la gravité.

Les ETs reconnaissent à la race humaine de nombreuses qualités. D'expliquer le Dr Wolf : "Ils affectionnent tout particulièrement notre grande imagination, notre créativité, et notre tendance naturelle à faire de profonds rêves. Mais ils aimeraient bien accélérer notre évolution spirituelle."

Plusieurs extraterrestres qui visitent la Terre sont en principe des touristes. Alors que nous prenons des vacances à l'étranger, d'autres êtres, plus avancés, visitent d'autres mondes. " Par comparaison à la plupart des autres planètes, la Terre est presque unique avec la grande diversité de sa nature, sa culture et ses habitants. Parmi les planètes dites primitives, la Terre est un centre d'attraction populaire."

Certains ETs préfèrent habiter sous la Terre, car ils peuvent maîtriser leur environnement en fonction de leurs besoins. Ils utilisent également des boucliers électromagnétiques lorsque les molécules sont trop denses et que plus rien n'y passe. Selon le Dr Wolf : "Nous n'avons toujours pas exploré la profondeur des océans ni les croûtes internes de la Terre."

L'équipe Alphacom a découvert que de nombreux extraterrestres ressemblant à des humains sont présentement parmi nous. "Ils peuvent respirer notre air, et dans la rue on ne saurait les différencier." Environ un millier de Nordiques habiteraient l'Espagne, pour ne nommer que ce pays.

Les Nordiques présentent des visages parfaits et sensuels, sans rides ou peu, les yeux bleus, les cheveux blonds, le corps sain, sans odeur et mesurant aux environs de 2 m. Ils communiquent par télépathie, mais lorsqu'en visite sur Terre, ils se servent d'un dispositif vocal, une petite boîte biologique implantée dans leur système.

Les organes internes de leur corps sont semblables aux nôtres, bien que le système digestif soit différent. Se nourrir comme nous, tous les jours, n'est pas nécessaire. Et puisque leur génétique est différente également, leurs cellules ne meurent pas.

Ils possèdent une base sur une île de la Polynésie française et se promènent librement parmi les insulaires.

qPolynesieFrancaise.gif
Les Nordiques ont les facultés psychiques très développées. Selon le Dr Wolf : "Ils peuvent ouvrir un portail dimensionnel d'une maigre pensée et peuvent disparaître physiquement. J'en fus témoin. Ils habitent une dimension supérieure à la nôtre. Les pensées sont des formes d'énergie, et les Nordiques portent un bidule, dans leur poche ou ailleurs sur leur personne, qui amplifie cette énergie. Ils cultivent les cristaux aux mêmes fins."

Un certain après-midi, en 1990, un vaisseau ET escorté de chasseurs F-16 a atterri sur Puerto Rico dans un quartier touristique achalandé. Les occupants sont alors sortis de l'engin et se sont baladés parmi la population. De commenter le Dr Wolf : "C'était un exercice pour recueillir les réactions du public." Le maire de l'île écrivit une lettre au président Bush déclarant : " Au début, nous trouvions ces sightings très amusants, mais par la suite les gens sont devenus inquiets. Que dois-je donc leur dire?" Le Président avait tendu cette communication au Dr Wolf. "Elle était estampillée partout du code T52-EXEMPT(E), ce qui veut dire que cette lettre ne doit jamais être déclassifiée."


Alors qu'il poursuivait son doctorat en physique au MIT (Massachussetts Institute of Technology), il a découvert une nouvelle théorie de la dualité des ondes de particules qui plus tard mena à la création d'un faisceau de particules neutres. Le Dr Wolf : "J'espérais et envisageais que cette technologie puisse un jour servir à vaincre le cancer. Mais non, on s'en est servi comme arme dans le cadre du Projet Guerre des Étoiles."

Les extraterrestres lui ont communiqué : " Tous les mondes dans la galaxie sont connectés. Une bombe atomique Hiroshima affecte toutes les cultures." Ils ont ajouté : "Les pensées sont des formes d'énergie. D'autres mondes sont en mesure de les capter. Les barrières galactiques n'existent pas."

Mossad, l'agence de renseignements israélienne, "entretient de très bonnes relations avec les ETs, spécialement les Sémites." Des liens historiques importants existent avec ce pays."

L'aéronef ultrasecret Aurora est dirigé à base de méthane liquide et possède à son bord la technologie antigravité. Il est muni d'un système d'armement à impulsions électromagnétiques antiradar et peut voyager jusqu'à la lune.

Quelques pilotes militaires ont fait des expériences au niveau de la propulsion aéronautique par le contrôle de la pensée. Le Dr Wolf : "Certains vaisseaux sont en fait des transporteurs vivants, capables de se diviser et se regrouper. Ces engins répondent bien aux commandements de la pensée."

La base souterraine Area 51 est une vaste cité de la taille de l'état du Rhode Island. Elle continue de grossir et a maintenant une sœur, S4, à quelque 25 km, et une autre appelée Indian Springs. Des centaines de personnes des secteurs civils et militaires y travaillent. Elles sont affectées à l'un ou l'autre des 8 programmes dits noirs qui fonctionnent sur un budget de 2 billions de dollars annuellement. Un important système de sécurité surveille les lieux et la loi martiale est imposée à l'intérieur.


Certains scientifiques vivent sur les lieux par tranches de six mois. Leurs chambres à coucher sont modestes tandis que les ETs jouissent d'apartements de luxe. On y trouve également des centres commerciaux, des boutiques militaires ainsi que des centres récréatifs avec piscines, gymnases et courts de basket. On y mange bien.

3d-area51.jpg
Des scientifiques du gouvernement satellite ont créé avec succès la fusion à froid et l'énergie du point zéro. "Il nous faudra une transition en douceur pour assimiler cette nouvelle science, sinon l'économie mondiale en sera dévastée."


=====================================================================

Le témoignage d'un microbiologiste de la Zone 51 / S-4
 

Le sénateur Hatch, président du comité des relations étrangères du Sénat américain, a été interrogé sur l'entrevue qu'il a accordée au Dr Dan Burisch, à propos des virus artificiels, des contacts extraterrestres et du traité TAU. IX.


Washington, 22 avril 2004 - Dan Burisch, le docteur en microbiologie confiné dans la zone 51 qui a parlé d'opérations secrètes et qui a exprimé sa volonté de témoigner publiquement, est en passe d'obtenir l'immunité et les auditions devant le Congrès qu'il demande.

Harry Dschaak et Sterling Allan ont pu rencontrer le Dr Burisch le 05 avril grâce à la complicité d'un contact à l'intérieur de la zone. Ils ont parcouru les États-Unis pour présenter son affaire à plusieurs membres du Congrès le 19 avril 2004.

Selon un rapport antérieur à propos de son envie de parler en échange de l'immunité, le Dr Burish a dit qu'il répondrait à toutes les questions s'il était cité à comparaître.

Dschaak et Allan se sont particulièrement tournés vers le sénateur Orrin Hatch (Utah) en raison de sa fonction de président de la commission judiciaire.

Ils ont aussi rencontré les équipes des sénateurs de l'Idaho, de l'Utah et du Nevada où Dschaak, Allan et le Dr Burisch habitent respectivement.


Des questions de sécurité sur le point révélées


Un membre de l'équipe du sénateur Hatch, qui a rencontré Dschaak et Allan afin d'en savoir plus sur le sujet, a déclaré que cette affaire serait probablement du ressort du Select Commictee on Security. Malgré un emploi du temps chargé, le sénateur Hatch a eu la courtoisie de passer brièvement dans la salle de conférence ou la réunion a eu lieu.

Le collaborateur du sénateur a prévenu Dschaak et Allan que des milliers d'affaires attendaient déjà une audience devant le Congrès.

Allan lui a répondu que le cas du Dr Burisch était suivi par des milliers de personnes à travers le monde et qu'il serait ravi de commencer une pétition qui puisse aider à démontrer le rôle dont est investi le Dr Burisch. La pétition de Allan donne la possibilité aux gens d'exprimer leur souhait de voir le Dr Burisch cité à comparaître devant le Congrès.


Le témoignaga du Dr Burisch


La déposition de Burisch inclurait des preuves de la création d'un virus mortel et de l'existence d'une séquence génétique faisant office de signature (ce qui prouverait que le virus est issu d'un laboratoire). Ces organismes sont semblables au VIH et au SRAS qui proviennent, selon des chercheurs tels que Len Horowitz, de laboratoires.

Le témoignage comprendrait également un rapport couvrant une période de un an pendant laquelle, selon Burisch, on l'a affecté à l'étude d'un extraterrestre qui s'est porté volontaire pour un échange, dans le site ultra-secret S4 de la zone 51, au nord de Las Vegas (Nevada).

Le Dr Burisch peut également témoigner avoir entendu que des sujets humains étaient et sont retenus dans le S4, contre leur gré, et sont traités comme des rats de laboratoire.

De plus, il affirme avoir vu des portes des étoiles en marche. Les preuves doivent néanmoins être définies.

Le Dr Burisch déclare être au courant de travaux réalisés pour capturer des composants génétiques de maladies extraterrestres afin de les introduire dans des vecteurs microbiens pouvant viser les êtres humains. Pour Dschaak cela revient à créer une épidémie, semblable à celle du choléra, contre laquelle aucune immunité n'a été développée.

La partie la plus importante de son témoignage est peut-être sa connaissance d'un supposé traité Tau-IX qui existerait entre certaines factions extraterrestres et un groupe international d'hommes puissants, racistes et élitistes. Pendant la deuxième moitié du XXe siècle, cette cabale aurait utilisé les quelques informations extraterrestres disponibles pour exercer un contrôle croissant sur les affaires de la Terre, que ce soit des questions politiques, d'énergie, de technologie ou de santé.

Les membres de cette cabale garderaient ces avancées technologiques loin du profane tout en les utilisant à des fins personnelles. Le traité donnerait l'autorisation d'enlever des êtres humains.


Point de vue sur l'affaire Burisch 


La journaliste d'investigation Linda Moulton Howe a donné, dans son reportage du 19 avril sur l'affaire Dan Burisch, des preuves désignant le président américain Harry Truman comme à l'origine du secret. Ce choix avait pour but de protéger le public de ce qu'il aurait considéré comme une situation choquante et qui aurait conduit à l'hystérie et la panique générales. Depuis, la politique officielle du gouvernement américain a été de nier toute implication ou connaissance de l'existence d'extraterrestres.

Howe soutient que si certaines informations méritent de rester secrètes pour des raisons de sécurité nationale, du fait de leurs implications militaires, le monde devrait au moins être au courant de l'existence d'une relation entre des extraterrestres et la Terre.

Un autre chercheur, Michael E. Salla a récemment fait un reportage sur le Dr Burisch et a obtenu un entretien le 16 avril. Il prétend que plusieurs races d'extraterrestres ont visité ou habitent la Terre.

Il désirait savoir si le Dr Burisch avait été en contact avec plus d'une espèce. Celui-ci a répondu qu'il n'avait vu qu'une race, un spécimen de « Gris » nommé J-rod. Selon lui, il y en avait trois de la même espèce : deux mâles et une femelle. Celle-ci fut autorisée à retourner d'où elle venait, les mâles sont morts.

Un groupe de recherche présidé par Robert Wood s'intéresse désormais à un document selon lequel des échanges auraient eu lieu entre un chef d'État important et le Dr Dan Burisch.

Bien que le Dr Burisch soit enfermé sous étroite surveillance, certains de ses supérieurs sont favorables à des révélations. Des conversations secrètes ont toujours lieu. Allan pense que les responsables vont faciliter l'accès au Dr Burisch quand la citation à comparaître sera sur le point d'arriver.

Selon Stephen Gréer, responsable du Disclosure Project, le blindage du secret commence à se fissurer car des milliers de témoins se manifestent. Parmi eux, se trouvent des membres du gouvernement, de l'armée, de la CIA et du FBI. Le Dr Gréer perçoit l'affaire Burisch comme une « vitrine » pour l'ensemble des scientifiques et des agents impliqués dans tous les aspects de cette « kleptocratie », comme il l'appelle.!! affirme que cette élite ne souhaite pas que les faits soient révélés car les technologies avantageuses qui seraient à la portée de tous provoqueraient la perte de leur pouvoir.

« Chaque foyer pourrait avoir son propre générateur d'énergie qui exploiterait les ressources de la mer.

Le problème de la faim dans le monde pourrait être résolu en dix ans », déclare-t-il.


Spéculations à propos du Dr Burisch 


Dschaak pense que la raison pour laquelle le Dr Burisch est protégé contre toute tentative d'assassinat, malgré ses révélations passées et à venir (qui causent habituellement la mort de celui qui les fait), c'est qu'il travaille sur des technologies qu'il est le seul à pouvoir développer. Le Dr Burisch veut s'assurer que celles-ci seront utilisées à des fins pacifiques et non pour continuer l'oppression.

Le projet («projet Lotus») concerne une «particule Ganesh» qui peut guérir efficacement les cellules et les tissus endommagés ; il s'agit en quelque sorte d'une «fontaine de jouvence».

Allan imagine que si elle le peut, l'élite, qui a des desseins plus sombres (avec des groupes d'extraterrestres), s'inoculerait la particule de vie et éradiquerait des milliards d'humains non immunisés contre la maladie mortelle.



Source : X-Conference / NEXUS 

 

Témoignage du sergent-chef Dan Morris - U.S. Air Force (ret.) / Agent de la N.R.O.

Septembre 2000

 

NRO_01.jpg
Dan Morris est un sergent-chef à la retraite qui a fait carrière dans l'US Air Force et qui a été impliqué pendant de nombreuses années dans les opérations liées aux extraterrestres. Après avoir quitté l'Air Force, il a été recruté par la très secrète "National Reconnaissance Organization", ou "NRO", époque pendant laquelle il a spécifiquement travaillé au sein d'opérations en lien avec la question extraterrestre. Il possédait un droit d'accès ultra-secret "cosmique" (38 catégories au-dessus de l'Ultra-secret") qu'aucun Président américain n'a à sa connaissance jamais eu. Il parle dans son témoignage d'assassinats commis par la NSA ; il raconte comment nos militaires ont, en 1947, délibérément causé des crashs d'engins ET près de Roswell, et comment ils ont capturé un des ETs qu'ils ont gardé à Los Alamos pendant 3 ans, jusqu'à ce qu'il meure. Il parle des équipes des renseignements qui étaient chargées d'intimider, de discréditer, voire d'éliminer des témoins d'événements liés aux ETs/OVNIs. Il parle de la rétro-ingénierie que l'Allemagne a réalisée sur des OVNIs avant même la seconde guerre mondiale. Il parle de notre actuelle crise de l'énergie - et du fait que nous n'aurions plus eu besoin de carburants fossiles depuis les années 1940, époque à laquelle les technologies à énergie libre ont été développées - sauf qu'elles ont été cachées à l'humanité. C'est là la vraie raison du secret qui entoure le sujet ET/OVNI. " Ce que les gens qui sont en ce moment même au pouvoir ne veulent pas, c'est que cette énergie libre soit disponible pour tous. " En guise de conclusion, il nous met en garde contre l'implantation d'armes dans l'espace et le fait d'abattre des engins ET- que cela pourrait les obliger à exercer des représailles, et que cela signifierait notre destruction.

Vous savez ce qu'est un centre cryptographique ? C'est l'endroit où sont envoyés tous les messages codés, et c'est ultra-secret. Ça ne veut bien sûr pas dire grand chose, "ultra-secret" - il y a en gros 38 catégories au-dessus de l "' Ultra-secret".


J'avais une autorisation d'accès qui était 38 catégories au-dessus de l' "Ultra-secret", ce qui correspond à l'ultra-secret cosmique - c'est le summum de toutes ces autorisations d'accès. C'est pour [un travail concernant] les OVNIs et les extra-terrestres, etc. Aucun président n'a bénéficié de cette catégorie ; n'a jamais eu un droit d'accès de cette catégorie - c'est Eisenhower qui en a été le plus proche. Eh bien il y a plusieurs agences de renseignements - l'Armée de Terre en avait, l'Armée de l'Air en avait, la Marine en avait. Et après, il y avait plusieurs agences de renseignements secrètes. Une qui n'existait pas, tellement elle était secrète, c'était la NRO. Vous ne pouviez pas mentionner la NRO. C'est la "National Reconnaissance Organization".

Si vous êtes dans cette catégorie, il y a alors une organisation qui est mondiale et qui s'appelle l" "ACIO", ce qui veut dire "Alien Contact Intelligence Organization"*. Si vous payez votre écot et que vous vous soumettez aux règles, votre gouvernement a le droit de bénéficier des informations de cette organisation. Maintenant, il y a des gens qui l'appellent "la frontière suprême"**. Les Renseignements de la Marine se qualifient parfois eux-mêmes de cette façon. Ils travaillent tous ensemble - les Renseignements de l'Armée de l'Air, les Renseignements de la Marine et la NRO - et à une certaine époque, ils étaient tous à un endroit particulier de la base aérienne de Langley, en Virginie. La plupart des interprètes de données** satellite étaient là-bas ; la plupart des interprètes des données des Renseignements de l'Armée de l'Air, de l'Armée de Terre et de la Marine étaient là-bas ; c'est là qu'ils travaillaient et qu'ils interprétaient les données.

[Voir le témoignage de Karl Wolfe. SG]

Maintenant Eisenhower voulait que quelqu'un dirige tout ça - il a essayé avec le Directeur de la CIA, mais ça n'a pas marché. La CIA travaillait essentiellement pour son compte. La plupart des Directeurs des Renseignements de ces services travaillaient pour leur compte. Alors il a dit : " Je veux qu'il soit indépendant ; je veux qu'il soit civil ; je veux qu'il ait certains de nos scientifiques les plus doués. " Il a par conséquent été mis en place, mais le nom de "NRO" a été gardé secret pendant des années. C'est autour de 1968 qu'il a vu le jour, de manière indépendante.

Image

* "Organisation de Renseignements pour les Contacts Extraterrestres"... (N.d.T.).
** Respectivement "... the high frontier", et "... interpreters" tout court dans le texte (N.d.T.).


Avant ça, pendant la guerre, on avait l'OSS, l"'Office of Strategic Services", et c'était la plupart du temps des soldats qui étaient espions - vous savez, des hommes de certaines parties des forces armées qui avaient été formés par POSS. Je n'ai jamais espionné pour l'OSS. J'étais dans les Renseignements de l'Air Force, et un autre truc qui m'a donné un droit d'accès de haute sécurité, c'est que j'étais un courrier "CONRAD". Maintenant, si vous ne savez pas ce que courrier "CONRAD" signifie quelquefois, pendant les guerres déclarées et la guerre froide, vous voyiez le Président, et il y avait toujours un fonctionnaire militaire adjoint avec lui ? Eh bien, il transportait une petite sacoche. C'est là que se trouvaient les codes de guerre, et il pouvait déclarer la guerre - il recevait le code pour la journée, et c'était sous le contrôle de deux hommes, tout ce qu'il y avait entre les sous-marins et les bombardiers, en passant par les installations de lancements de missiles. Chaque arme nucléaire était contrôlée par le Président, par le biais de cette petite sacoche que transportait cet unique fonctionnaire à côté de lui. Par conséquent, ces codes étaient transportés en permanence par deux hommes. C'était transféré à tous les commandants sur le terrain, et ils volaient parfois sur des avions civils. Les types de la base - deux types - toujours armés, allaient au terrain d'aviation et retrouvaient les deux types qui étaient courriers "CONRAD", et ceux-ci leurs donnaient les codes. J'étais donc courrier "CONRAD" en 1948, 1949 [et] 1950. Ensuite, il y a eu la guerre de Corée, et je suis parti pour la Corée.


Après que j'aie pris ma retraite de l'Air Force - j'ai été 22 ans dans l'Air Force - on m'a offert l'opportunité suivante : " Vous voulez aller travailler pour quelqu'un d'autre ? Avec vos droits d'accès, vous pourriez aller travailler pour quelqu'un d'autre. " Et j'ai dit : " Pour faire quoi ? " Et ils ont dit : " La même chose que ce vous faisiez dans l'Air Force, mais pour quelque chose qui n'existe pas. " Et j'ai dit " Et combien vous allez me payer ? " " On va bien vous payer. " [Ont-ils répondu], ça valait donc le coup - plus le fait que j'aimais ça, parce que j'apprenais des trucs.


Dans l'Air Force, j'avais déjà découvert qu'il y avait des OVNIs et des extra-terrestres. Bien sûr, tout ça était alors complètement clandestin : vous aviez l'Opération "Blue Book", et deux ou trois autres opérations qui ont suivi "Blue Book" et ainsi de suite, qui étaient destinées à dissimuler tout ça. Personnellement, je n'ai jamais pensé que tout ça était juste, je gardais donc des trucs - des informations - secrets. Quand je travaillais avec ce génie qui a inventé le Transpondeur en Mode Six, il me parlait alors qu'on était en train de travailler tard le soir, et il a commencé à me parler de trucs qui étaient secrets et sur lesquels il était en train de travailler. Ensuite, il se reprenait parfois et disait : " Mais vous n'avez pas le droit de savoir tout ça, je ne peux par conséquent pas vous en parler. " Mais il le faisait, parce qu'on travaillait seuls et tout ça. J'ai donc appris de lui un tas de trucs qui étaient classés - ultra-secrets, cosmiques et ainsi de suite. L'Air Force m'appelait de manière régulière et me demandait : " Est-ce qu'il vous a déjà parlé de telle chose ? " Et je disais que oui, quand j'ai par conséquent pris ma retraite de l'Air Force, ils savaient que je savais un certain nombre de trucs de ce genre-là - c'est pour ça qu'ils m'ont offert d'aller travailler pour quelqu'un d'autre qui était également au courant - la NRO.

[Voir le témoignage de John Maynard. SG]

La "National Security Agency" - les tueurs travaillent làdedans. Ce sont les types qui, quand il devient nécessaire de régler un "problème", ils vont... Si vous avez vu des "James Bond", ce sont des agents "double 0", si vous voyez ce que je veux dire. Forestall, le Ministre la Défense, a été le premier personnage connu et réellement puissant à avoir été éliminé, parce qu'il allait révéler des informations - et personne n'a jamais payé pour ce crime ; il n'y a jamais eu d'enquête vraiment approfondie menée par les forces de police, pour voir ce qui lui était arrivé. La plupart des gens savent qu'il a été jeté par la fenêtre d'un hôpital - mais ce n'est pas le fait d'avoir été jeté par la fenêtre qui avait causé sa mort - mais il n'en est jamais sorti vivant...

philschneider.jpgIl y a d'autres gens qui ont été éliminés pour ce qu'ils savaient. L'un deux était un ami à moi, Phil Schneider, qui travaillait là-bas, au Nouveau Mexique, à construire les galeries souterraines - la plus grande à laquelle il avait participé, c'était l'installation souterraine de Dulce. Il était expert en explosifs, et quand il a tiré dans cette zone, ce n'était pas la nôtre - c'était un autre emplacement extra-terrestre. Ce qu'il est par conséquent naturel de faire - notre façon de répondre - c'est de tirer. C'est ce qu'on a fait, et ils ont tiré, et il a été touché par un laser à radiations, et c'est depuis ce jour-là qu'il portait une cicatrice qui allait directement de là à là. Quand il a commencé à être connu et qu'il parlait en public - révélant au public un tas de trucs qui étaient sur son ordinateur - ils étaient en passe de se débarrasser de lui, et il le savait. La dernière fois que je l'ai vu, il m'a dit comme ça : " Ça tu vois, je m'en fous, je souffre tellement - que s'ils se débarrassaient de moi, ce serait une véritable bénédiction. " Eh bien, ils se sont effectivement débarrassés de lui. Il se trouve que son colocataire était capitaine dans la police du Nevada, à Las Vegas, et tout ça serait passé comme une lettre à la poste s'il ne s'était pas agit de lui. Ils ont dit qu'il s'était suicidé. Eh bien, ce n'était pas le cas, et son colocataire est allé trouver le Coroner* et il a dit comme ça : " Venez avec moi en bas, je veux que vous regardiez ce corps. Vous allez examiner ce type encore une fois - regardez cette marque circulaire autour de son cou : ça a été fait avec une corde de piano - vous allez vérifier ça. Il ne pouvait pas rapprocher ses mains, et il ne pouvait pas lever les bras au-dessus de la tête depuis qu'il avait été touché par ce laser. Comment aurait-il pu se suicider ? " Eh bien, le Coroner a effectivement modifié son compte-rendu - que ce n'était pas un suicide, mais cela n'a jamais été modifié officiellement.


Je sais que Phil adorait ce pays, et il pensait que ces programmes outrepassaient notre forme de gouvernement. La façon dont c'était mis en place, il y avait trop d'opérations opaques qui avaient lieu - et aucune d'elles n'avait l'approbation du Congrès.

* Fonctionnaire américain chargé de déterminer les causes d'un décès (N.d.E.).

[Voir le témoignage de Clifford Stone. SG]

Aucun Congrès n'a jamais voté à propos de la moindre de ces opérations opaques, et il pensait que le peuple américain avait le droit de savoir comment ils utilisaient son argent, et ce que nous étions capables de faire - et il a commencé à parler, et ils se sont alors débarrassés de lui.


Toute cette opération consistant à révéler ça au public va probablement emporter encore d'autres gens. Mais moi-même -j'ai 73 ans et j'ai eu une belle existence et pas de regrets, et j'ai adoré ce pays, et j'ai été chrétien toute ma vie dès que j'ai eu à peu près 11 ans - par conséquent, je pense que Dieu veut que tout ça se sache, et je pense que le cosmos veut que tout ça se sache. Et je pense que si nous ne brisons pas ce secret... Nous allons faire beaucoup de tort aux gens de chez nous, à tenir tout ça aussi secret, et si nous ne le brisons pas nousmêmes, je pense que quelqu'un d'autre le fera - quelqu'un d'extérieur à cette planète. Je pense qu'un certains nombre des gens qui ont été avec nous ces cinquante dernières années vont briser ce secret.


Je vais vous dire, quand j'étais en régiment au commandement du Groupe d'Expérimentation de l'Armée de l'Air en Floride, ils m'ont envoyé à la base aérienne de Warner Robbins avec une équipe, et avec les deux radars les plus puissants qu'on avait à l'époque. Et le SAC - c'était quand le SAC était tout le temps en alerte - allait effectuer des missions de pénétration contre nous. Les gens qui étaient là, c'était entièrement secret. Le commandant de la base savait que cette unité était là - et ils pensaient tout simplement - on nous avait fait passer pour un escadron météo, et on n'avait rien à voir avec la météo. Quoi qu'il en soit, on avait notre matériel installé à Warner Robbins, et on travaillait - on était là depuis à peu près un mois. Un jour on travaillait sur la grande tour ; elle était arrêtée pour cause de maintenance, et il y en avait cinq d'entre nous qui étaient dans la tour et deux types en bas dans la salle de contrôle. Quelqu'un a dit : " Regardez, des OVNIs ! " "Ouais, Ouais... " Je ne crois pas qu'il y ait eu la moindre personne à se retourner pour regarder. C'était l'époque de "Blue Book", et si vous disiez que vous aviez vu un OVNI, ils vous envoyaient à l'hôpital et vous étiez examiné par un psychiatre pour savoir pourquoi vous vouliez quitter l'Air Force. Ou ils vous expédiaient quelque part ailleurs pour vous faire taire. Ensuite J. Allen Hynek, qui a été conseiller technique pour "Rencontres rapprochées du troisième type" - il avait été officiellement engagé dans le cadre de l'Opération "Blue Book" pour faire taire tout le monde ; il débarquait avec un truc - soit L'autosuggestion, soit l'hypnose collective, soit des feux follets - c'était les trois affirmations avec lesquelles il débarquait habituellement. Par conséquent quelqu'un a dit "Retournez-vous juste et regardez ! " On s'est alors tous retournés et là - immobiles, je dirais à environ un demi-mille de la tour (900 m), et à environ 3000 pieds (900 m) d'altitude - il y avait trois OVNIs argentés. Il y a une photo de ça ici. On a tous été jusqu'au cordon de sécurité et on a dit : " Ouais, ce sont de vrais OVNIs. " Et j'ai dit : " O.K., et si Hynek venait par ici, qu'est-ce que vous allez dire ? S'ils envoient une équipe par ici, qu'est-ce qu'on va dire ? " Quelqu'un a dit : " Il y a environ 20.000 civils et environ 10.000 militaires sur cette base - il y a obligatoirement quelqu'un d'autre qui les a vus, alors quand ils disent que c'est de l'hypnose collective, de l'autosuggestion ou des feux follets - descendons mettre le radar en route, parce rien de tout ça ne s'affiche au radar. " Alors on est tous descendus. Maintenant les deux types qui étaient là, en bas - je leur [ai demandé] : " Vous avez vos appareils photo - vos appareils photo officiels de l'Air Force ? Allez dehors et prenez des photos ; allez dehors et dites-moi ce que vous voyez. " Ils sont revenus et ils ont dit : " Il y a des OVNIS immobiles en formation, là-dehors ! " J'ai dit : " Très bien, prenez des photos - récupérez vos appareils photo et prenez des photos. " Et j'ai dit aux deux autres " Allumez les appareils photo du radar. " Parce qu'on avait des appareils photo sur les radar qui prenaient également des photos.


Par conséquent tout ça était là, et ce bâtiment où on était avait tout un côté qui était équipé de portes-fenêtres, si vous mettiez par conséquent le radar en marche, vous regardiez à l'extérieur et vous voyiez qu'il y avait bien trois OVNIs, alors j'ai appelé le quartier général. J'ai dit : " O.K., on a un contact. " Il dit : " Vous voulez dire que le SAC est en train d'effectuer une mission contre vous ? " J'ai dit : " Pas le SAC, pas le SAC. " Il dit : " Quoi, alors ? " Et j'ai dit " Le cosmos. " Il a dit : " Attendez une minute - décrivez-les par téléphone. " Il y avait une commande que vous pouviez actionner et qui brouillait tout, alors j'ai dit : " O.K., mon téléphone est brouillé ; est-ce que le vôtre est brouillé ? " " Le mien est brouillé " Il dit : " Qu'est-ce que vous voulez dire quand vous affirmez que vous avez un contact cosmique ? " J'ai dit : " Je veux dire qu'il y a trois OVNIs immobiles là-dehors. " " Vous prenez des photos ? " " On prend des photos. " " Vous prenez des photos radar ? " " On prend des photos radar - des vrais photos. " Il dit : " O.K., ne dites pas un mot de plus ; je vais envoyer un courrier là-bas ; il sera là dans à peu près six heures - vous lui remettez tout ce que vous avez. " Et j'ai dit O.K.. Environ six heures plus tard, il arrive ; on lui avait tout mis sous enveloppe ; on le lui a donné ; et il repart pour le commandement du Groupe d'Expérimentation de l'Armée de l'Air - et ils ne nous ont jamais avisés officiellement qu'ils avaient bien reçu ces photos. C'est devenu secret ; c'est devenu opaque - comme si ça n'était jamais arrivé. Mais j'avais des copies de ces photos, alors j'ai dit aux gars - aux cinq - je leur ai dit : " O.K. les gars, voilà une copie pour chacun d'entre vous. Gardez-les pour vos petits-enfants. "


Maintenant, pour autant que j'en sache, cette mission a été arrêtée - mais ça nous avait tous intéressé, parce qu'on avait vu des faits, vous savez ? - pas du radar, pas des trucs codés - mais on était là, et on avait des photos d'eux.


Quand ils ont commencé à bouger et que l'antenne radar s'est mise à tourner - le faisceau de votre radar tournait en effectuant quatre balayages par minute - le temps qu'on les "balaye", ils étaient hors de vue. Une fois qu'ils ont commencé à bouger, ils sont montés tout droit et ils ont fait : zap ! Et ils se sont retrouvés hors de notre portée. On avait une portée de 260 milles (480 km) ; alors quand vous faites le calcul, c'était plutôt rapide. Dans l'inventaire de ce qu'on avait, on n'a jamais retrouvé quoi que ce soit qui allait à une telle vitesse [ceci se passait dans les années 1940].


Vous savez pourquoi on a arrêté de faire exploser des armes nucléaires ? On a reçu l'ordre d'arrêter de la part de ces ETs d'Orion. Orion - ils sont descendus et ils nous ont dit : "Ecoutez, vous pourriez vous détruire vous-mêmes ; par conséquent, nous ne tolérerons pas ça. Si vous faites ça - si vous faites exploser cette planète - et vous en avez maintenant les capacités... " C'est à ce moment-là qu'on a vraiment attiré leur attention, et ils sont descendus et ils ont dit : "Ecoutez, nous ne vous laisserons pas détruire votre planète, par conséquent nous voulons que vous arrêtiez tous vos essais nucléaires. " Ils nous avaient déjà empêchés d'utiliser des armes et ils nous ont dit : " Plus d'essais nucléaires. " Maintenant la Russie et les Etats-Unis - on croyait alors fermement que ces gens-là étaient capables de faire ce qu'ils disaient. Et vous avez vu l'époque où ils se sont tous montrés au-dessus de Washington D.C., et on a lancé nos jets à leur poursuite, et à chaque fois que les jets décollaient, les OVNIs filaient hors de portée, où ils allaient dans une autre dimension. Les jets revenaient à la base, et les OVNIs revenaient au-dessus de Washington - en foutant sacrément la frousse à tout le monde à Washington - qu'est-ce qu'ils vont faire ?

[Voir le témoignage du Colonel Dedrickson, le fonctionnaire de ZAEC et de l 'Air Force (t. 1). SGJ

vlcsnap-2009-11-02-18h00m41s93.png
Ce qui s'est passé, c'est qu'on a découvert que les radars à grande puissance agissaient sur leur stabilité, parce qu'on pouvait voir les amplificateurs et les stabilisateurs descendre quand ils étaient bas et lents. Le radar avait un effet sur les OVNIs quand ils étaient bas et lents. On savait déjà ça : on le savait avant 1947, avant qu'ils descendent. Où étaient la plupart de nos radars ? White Sands, et en bas à Roswell. Qui était stationné à Roswell ? La seule escadrille au monde à avoir des bombes nucléaires. Par conséquent - ça les intéressait, et on avait un tas de radars là-bas, parce qu'on s'était mis à protéger tout ça du mieux qu'on pouvait. Eh bien on a concentré sur eux les faisceaux de plusieurs gros radars très puissants, et ça a provoqué la collision de deux d'entre eux. L'un deux est celui qui est tombé et qui a atterri dans le ranch ; l'autre était celui qui est tombé sur la berge, et il transportait deux extra-terrestres ; [ils étaient] allongés à l'extérieur quand on est arrivés là-bas. L'un d'eux était blessé ou assommé, et l'autre était vivant à ce moment-là mais il a décédé avant même qu'on ait pu l'amener à un endroit quelconque.

crash_reel_bis.jpg
Mais l'autre [ET du deuxième crash] - a été gardé là-bas, à Los Alamos, pendant près de trois ans. Il est tombé malade. On a émis [des signaux] sur toutes les fréquences qu'on pouvait, qu'il était malade ; que ce n'était pas nous qui avions fait ça, qu'ils pouvaient venir le prendre s'ils le voulaient-mais il est mort avant qu'ils viennent là-bas. Ils sont venus et ont pris son corps, et c'est à ce moment-là qu'ils sont allés sur Washington et ont constitué cette formation au-dessus de Washington ; par conséquent, ils ont récupéré son corps.


Une fois on en a abattu un, et on s'est fait sacrément engueuler pour ça. Mais que croyez-vous qu'on faisait avec toutes ces armes nucléaires qu'on avait, nous et les Russes ? On a envoyé des armes nucléaires dans l'espace pour constituer une ligne de défense - et on était près à les faire sauter s'ils commençaient.


Quoi qu'il en soit je suis devenu un "E-9", sergent-major de l'Air Force, et j'y étais de 1947 à 1968, et j'avais un droit d'accès cosmique ultra-secret. C'est seulement pour les gens qui ont le droit de savoir en ce qui concerne les extraterrestres, les OVNIs et les contacts avec les extraterrestres. J'ai progressivement passé les étapes, comme je vous le disais avec mon poste de courrier "CONRAD" et les renseignements cryptographiques, et ainsi de suite. Ensuite, après le contact sur le site radar, c'était devenu indéniable - je savais qu'ils étaient là parce que j'avais ces photos...


Je suis devenu membre d'un groupe qui devait enquêter et rassembler des informations, et au début, ça dépendait encore de "Blue Book", de "Snowbird" et de divers programmes clandestins. Je devais aller interroger des gens qui affirmaient qu'ils avaient vu quelque chose et essayer de les convaincre qu'ils n'avaient rien vu ou qu'ils avaient eu des hallucinations. Bien, si ça ne marchait pas, une autre équipe venait et ils faisaient toutes sortes de menaces. Et les menaçait eux et leurs familles, et ainsi de suite. Et ils étaient chargés de les discréditer et de les ridiculiser, et ainsi de suite. Maintenant si ça ne marchait pas, il y avait alors une autre équipe qui mettait fin au problème, d'une manière ou d'une autre.


Quand cet événement-là s'est produit, il y a 24 hélicoptères noirs du "54-12" qui se sont assez vite ramenés - les équipes de gestion des rumeurs* - l'Air Force avait ces équipes de gestion dans le monde entier. "54-12", c'est leur nom de code. Maintenant, il fallait que vous interrogiez tous ces gens qui vivaient tout autour, parce que vous ne pouvez pas cacher 24 hélicoptères, alors voilà un exemple de ce que ça donnait : " Qu'est-ce que vous avez vu ; vous avez vu les triangles ? " -" Non. " -" Vous avez vu les hélicoptères ? " -" Oui, mais ils étaient tous noirs. " Etc. Et ainsi de suite - c'était par conséquent sur ce genre d'incident-là que j'enquêtais.


Prenez les équipes de gestion - leur couverture était qu'elles s'occupaient d'engins nucléaires ou de détonateurs nucléaires, alors si on en perdait un, si on perdait un bombardier, si un hélicoptère s'écrasait, si on en transférait un d'un endroit à un autre, ... etc.

[Voir le témoignage de Clifford Stone qui était dans une équipe de ce genre, laquelle était mise en place sous la forme d'une équipe de gestion du NBC - nucléaire, biologique, chimique. SG]


Par conséquent, on sortait délibérément des histoires bidons qui étaient ensuite discréditées. Information et désinformation vont leur train depuis 50 ans.


On a besoin de l'aide de la plupart des gars qui ont signé des déclarations sous serment concernant la sécurité. C'est pour cette raison qu'il faut qu'il continue ce qu'il est en train de faire. Vous savez, le Dr. Greer - et qu'il nous sorte de là-dessous. Il faut que tout ça sorte.

Capturernz1.jpg

 

ufo-nazi-3.jpg
L'Allemagne avait déjà récupéré des OVNIs avant - c'était en 1931, 1932 - et ils les ont ramenés en Allemagne et ont commencé - comme nous le faisons maintenant - à faire de la rétro-ingénierie. Ils ont lancé ça et avant même que la guerre commence, ils avaient un OVNI qui fonctionnait. Ils lui donnaient le nom de - maintenant je ne saurais pas le prononcer exactement comme un Allemand - mais c'était les "Heun-di-dou"* [transcr. phon.] Un et Deux. Le Deux est celui que vous voyez et qui fait environ trente à quarante pieds (9 à 12 m) de diamètre, avec trois sphères qui pendent en dessous, qui montent et qui descendent quand ils atterrissent - quand ils rebondissent à l'atterrissage. Alors à l'époque, les "Foo Fighters" n'avaient personne à bord - ceux-là c'était des engins sans équipage, mais ils avaient un moyen de propulsion qui faisait qu'ils pouvaient rester directement à la hauteur des boucliers de protection latéraux des pilotes de chasseurs, et il lui était impossible de faire quoi que ce soit pour l'esquiver - ça lui était impossible ; il restait directement là. Maintenant le truc, c'est qu'il pouvait voler à travers nos formations et flinguer votre moteur, ça peut arrêter des blocs moteurs, parce que ça utilise une propulsion électromagnétique à antigravité. On a par conséquent commencés à être confrontés à ça dans les formations de bombardiers. Et les chasseurs - il leur était impossible de faire quoi que ce soit pour s'en débarrasser. On a des tas de films - des films documentaires - qui montrent ça dans les archives. Et ensuite, on a encore eu toute une tripotée de trucs des Allemands après la guerre, parce qu'on a ramené - pas seulement von Braun - mais on a ramené Schauberger jusqu'ici, et un certain nombre de gens de l'électromagnétique de chez eux qui travaillaient sur les OVNIs. Il nous a donné une sacrée avance sur tous les autres.


Les Russes ont également pris des gens, mais on avait les plus importants. Schauberger était ici au Nouveau Mexique, et il nous a aidé à White Sands et à d'autres endroits dans le coin du Nouveau Mexique. Ensuite il a senti qu'on l'avait trompé et il est rentré chez lui, et deux semaines après qu'il soit rentré chez lui, il a été assassiné.


Les OVNIs sont à la fois extraterrestres et de la main de l'homme. Les gars qui faisaient les OVNIs - on peut dire qu'ils ne roupillaient pas - et Townsend Brown était un de nos gars qui était presque aussi (* Dan Morris a vraisemblablement voulu dire "Haunebu" (prononcer [`haunœbu']), une des appellations des soucoupes volantes nazies (avec "Vril") : on se reportera pour de plus amples informations aux pages 118 à 146 de l'ouvrage de Jan van Helsing, "Les sociétés secrètes et leur pouvoir au 20e siècle" (aux éditions Ewertverlag (1996), devenu par la suite le "Livre jaune n° 5", collectif d'auteurs, des éditions Felix (N.d.E.).) fort que les Allemands. Par conséquent on a eu un problème - il fallait qu'on garde le secret au sujet de Townsend Brown - de ce qu'il faisait à propos de l'antigravité, de la propulsion électromagnétique. Même si on remonte à l'époque de Tesla, on avait de l'énergie libre qu'on pouvait transférer. Tout ce que vous aviez à faire c'était de dresser une antenne et de planter un piquet dans le sol, et vous pouviez éclairer cette maison et avoir toute l'énergie qu'il vous fallait.

Image

Mais à quoi tournons-nous ? Tout le siècle dernier, on a tourné au pétrole. Qui contrôle le pétrole dans le monde ? Un tas de gens croient que c'est l'Irak, l'Iran et ainsi de suite. Ce n'est pas eux. C'est nous qui le contrôlons - nous et les intérêts britanniques. Un certain nombre de gens font référence à ça comme étant le gouvernement secret : un groupe d'hommes les plus riches du monde contrôle le pétrole. Vous n'avez pas besoin de voiture sauf si vous avez un moteur à combustion interne. Eh bien si vous disposez d'une de ces unités qui fait environ quarante centimètres de long sur vingt centimètres de large et vingt-cinq centimètres de profondeur, vous n'avez plus besoin de vous brancher sur le réseau électrique local. Ces dispositifs ne consomment rien - pas de pollution ; ça ne s'use jamais parce qu'il n'y a pas de parties mobiles - ce qui bouge, ce sont les électrons au sein du champ magnétique ; du champ électronique ; et ils tournent dans des directions opposées, O.K. ? Vous en mettez un dans une voiture - et la voiture rouillera et tombera en morceaux tout autour de lui avant même qu'il soit usé. Par conséquent, qu'est-ce que tout ça va bien pouvoir faire à une économie mondiale qui tourne au pétrole ?

Par conséquent, ce n'est pas que notre gouvernement et le reste du monde ne veuillent pas que nous sachions qu'il y a d'autres gens sur d'autres planètes qui existent depuis des milliers d'années. Ce que les gens en ce moment même au pouvoir ne veulent pas que nous sachions, c'est que cette énergie libre est disponible pour tous. Toyota a une voiture qui marche à ça; Ford en a produit une qui marche à ça. Maintenant Toyota va probablement lâcher le morceau là-dessus et le faire passer ici - soit en 2001, soit en 2002 - parce qu'ils paient le pétrole au prix fort, et d'ici peu de temps on va nous aussi le payer au prix fort. Quand les gens seront au courant de cette connaissance, ils vont demander à notre gouvernement de rendre cette technologie publique, et ça va changer le monde. C'est ce secret plus important qu'ils veulent garder - par conséquent les OVNIs sont secrets à cause de la question de l'énergie.


Le peuple américain est plus fort que ce que veut bien en dire le gouvernement, et je crois beaucoup à ça ; je suis arrivé à cette conclusion par moi-même - que le peuple américain se trouve en position de connaître la vérité, et il faudrait qu'il sache la vérité, et c'est une des raisons pour lesquelles je suis là. Je veux qu'ils sachent qu'ils peuvent espérer une existence meilleure.

groomlake1.jpg
Eh bien, à la vérité, les premières photographies de la Zone 51 que j'ai vues venaient de Russie. Ce sont les Russes qui ont dit à tout le monde qu'il y avait un truc de ce genre dans la Zone 51 ; ils ont révélé leurs images satellite à ce sujet - par conséquent, on a finalement dû admettre qu'il y avait un truc de ce genre dans la Zone 51.


J'ai également vu des photos d'autopsie d'extraterrestre qui venaient de Russie. Vous avez vu ce qu'on a dit être l'autopsie d'un extraterrestre à la TV ? Ils avaient des coussinets sur leurs doigts - des ventouses, ça ressemblait vraiment à ça. Il y avait des organes de ces extraterrestres qu'ils étaient incapables d'expliquer. Maintenant, j'ai vu des trucs qui définissent ceux qu'on a autopsiés - qu'ils ne peuvent pas se reproduire ; ils ont physiquement perdu ça.

[Voir le témoignage du colonel Corso qui affirme que ces créatures étaient des clones produits par les premiers ETs. SGJ

philip_corso.jpgVous savez, le gouvernement sud-africain admet qu'ils ont récupéré un engin ET. Ils n'ont pas hésité à le dire. Ils ont diffusé un documentaire où il y a un sergent de police qui dit qu'ils en ont récupéré un - il montre même des images de la récupération et ainsi de suite. Maintenant, ce que j'ai lu, c'est qu'il y a eu un accord passé entre notre gouvernement et eux - que nous ne dirions rien au sujet de la mise au point et de l'utilisation de leur première arme nucléaire ; que si nous ne pouvions pas leur apporter notre soutien aux Nations Unies ; que nous garderions le silence - et qu'ils nous donneraient ce vaisseau. Et on a convenu de ça ; et eux aussi. On a envoyé un "C-5A Galaxy" là-bas et on a ramené le vaisseau, et en même temps les deux extraterrestres qu'ils en avaient retirés. Tout ça est allé à la base aérienne de Wright Pat' à Dayton, dans l'Ohio, où on envoyait habituellement la plupart des choses qu'on récupérait. Ils sont à environ huit niveaux sous terre, et c'est là qu'on stocke tout ça.


Par conséquent, qui est maintenant notre ennemi ? Certains aimeraient nous faire croire, et voudrait faire naître l'idée que ce sont maintenant les extraterrestres qui sont nos ennemis. Je n'ai jamais trouvé aucune preuve dans quelque document officiel que ce soit - à moins qu'ils aient été attaqués - qu'ils aient jamais tiré. Il y a un exemple que je vais vous citer à propos de l'implication des Russes : ça concernait un amiral russe qui avait un fils qui était pilote de MIG dans l'Armée de l'Air. On avait un F-18 là-haut dans l'Alaska, et les Russes faisaient sortir leurs "Badgers" et leur "Beavers" ; ils faisaient sortir leurs MIG ; par conséquent, la 21 e Escadrille de Chasse d'Alaska - ils ont décollé et ils les ont interceptés, et ils étaient tous armés. Heureusement personne n'a tiré. Alors notre contrôleur a vu - au moment où ces MIG posaient des problèmes - qu'il y avait un autre vaisseau qui arrivait, et notre contrôleur entendait les Russes qui disaient : " Interceptez ce vaisseau. " Ils le qualifiaient de "vaisseau" - ce n'était pas quelque chose que nous connaissions ou que les Russes connaissaient. Par conséquent, les deux MIG ont débuté leur manceuvre d'interception. Notre contrôleur a dit au gars de chez nous : " Ecartez-vous de là ; restez en vue, mais n'essayez pas d'intercepter ce vaisseau ! " Alors, au moment où les Russes ont actionné leurs armes, en prenant l'OVNI pour cible - les missiles ont tous les deux été détruits, tout simplement comme ça - l'un après l'autre. Le gars de chez nous ne s'est pas fait tirer dessus, et il est revenu à la base. C'était un général russe "deux étoiles" qui racontait cette histoire, et ils ont également interviewé l'amiral dont le fils lui avait raconté cette histoire.

Ainsi, les Russes ont intercepté un de ces OVNIs, et quelqu'un leur a dit de faire feu sur lui. Mais il y a immédiatement eu un contrordre à ça - mais avant qu'ils aient pu annuler cet ordre - le type en question avait déjà lâché son missile. Et il a immédiatement été détruit - si près de l'auteur du missile, que le MIG qui avait lancé le missile a été endommagé.


Je pense que les extraterrestres sont conscients que nous sommes en train de construire des armes dirigées contre eux. Maintenant je vais vous dire, on a effectivement une Défense ; on est capable d'en abattre quelques-uns. On a acquis cette capacité. Eisenhower a mis le public américain en garde : " Ne laissez pas les producteurs d'armement de l'armée et de l'industrie infiltrer le pouvoir. " Il a toujours eu peur de ça, et si vous regardez son dernier discours, il a dit ça au public. Ne les laissez pas devenir trop puissants. Alors on ferait mieux de se réveiller. On a essayé d'abattre plusieurs OVNIs - et on a réussi - on en a fait s'écraser un à White Sands, au Nouveau Mexique. A l'époque, on a suivi sa trajectoire et on a réussi à l'endommager suffisamment pour qu'il s'écrase. Et, oui, il y avait des extraterrestres dedans ; et, oui, ont les a pris. Ça se passait en 1968 ou 1969, à peu près à la même époque où les Sud-Africains ont fait ça.


Je voudrais juste dire que les Allemands sont vraiment beaucoup plus libres que nous ne le sommes. En Allemagne, en France et en Espagne, ils ont admis tout ça. En Australie, ils ont admis tout un tas de choses, et en Afrique du Sud ils l'exposent aux yeux du monde entier, alors qu'est-ce qu'on est en train de faire? La Russie ne représente plus une menace pour nous, mais si nous continuons à tirer sur ces extraterrestres, ce sont eux qui pourrait représenter une menace. On devrait arrêter avec ça. On devrait demander à ce que notre gouvernement cesse d'abattre ces extraterrestres. On devrait coopérer.

Partager cette page

Repost 0